Consoude (Symphytum officinale)

La consoude est utilisée depuis plus de 2000 ans en médecine traditionnelle. Par exemple, Dioscoride, un médecin grec du premier siècle de notre ère, la conseillait pour traiter les hémorroïdes ainsi que les inflammations pulmonaires ou digestives. Elle renferme de l’acide rosmarinique, un anti-inflammatoire reconnu, de même que du mucilage aux vertus émollientes et de l’allantoïne, une substance cicatrisante.

On attribue généralement à ces substances actives les propriétés thérapeutiques de la consoude administrée par voie interne, mais ces usages ont été abandonnés du fait que la consoude peut renfermer des pyrrolizidines potentiellement toxiques pour le foie. De nos jours, on limite donc généralement son utilisation aux applications externes. Dans plusieurs langues, le nom de cette plante signifie “unifier, souder”, ce qui évoque certaines de ses indications traditionnelles, comme le traitement des fractures et des plaies cutanées à l’aide de cataplasmes.

Baume de consoude

(pour environ 12 pots de 30ml)

250g de racines fraîches de consoude.
25g de feuilles fraîches de consoude.
90g de beurre de karité.
40g de cire d’abeille.
250ml d’huile d’olives.
100ml d’eau de source dynamisée.
50 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé.

  • Nettoyer les racines et les éplucher.
  • Hacher les racines et les feuilles de consoude.
  • Mettre l’huile, le beurre et la consoude au bain-marie 2 heures.
  • Filtrer le mélange.
  • Remettre au bain-marie et faire fondre la cire.
  • Faire chauffer l’eau jusqu’à ébullition, l’ajouter au mélange.
  • Battre au fouet pour obtenir une émulsion homogène.
  • Ajoutez l’huile essentielle.
  • Continuer à battre jusqu’à obtention d’une crème lisse.
  • Mettre en pots.

Propriétés: cicatrisante, vulnéraire, analgésique, antihémorragique, hydratante, assouplissante, antiseptiques, antibactérien, antimycosique. Pour traiter les élongations musculaires et les douleurs articulaires, favoriser la cicatrisation des blessures et des ulcères cutanés.

Posologie: appliquer de deux à quatre fois par jour.

Purin de consoude

Son système racinaire puissant s’enfonce en profondeur, ce qui permet à la plante de prélever une grande quantité d’éléments minéraux auxquels les autres plantes ne peuvent pas accéder. Ces oligo-éléments sont par la suite stockés en quantité dans les feuilles.

Pour fabriquer du purin de consoude: hachez grossièrement au sécateur 10kg de feuilles fraîches que vous plongez dans 10 litres d’eau de pluie. Une semaine de fermentation est nécessaire pour obtenir un jus brun, très riche en calcium, fer, magnésium, bore, manganèse et zinc. Ce jus s’utilise en arrosage, dilué à 10%/20% (1 à 2 volumes d’extrait pour 9 à 8 d’eau) sur les semis, les plantes repiquées mais aussi au pied des gourmandes (tomates, aubergines, poivrons, poireaux, etc…).