Ayahuasca

L’ayahuasca est un breuvage à base de lianes consommé traditionnellement par les chamanes des tribus indiennes d’Amazonie, utilisé pour sa capacité curative associée aux croyances et pratiques locales. Par extension, “ayahuasca” est le nom donné aux lianes du genre Banisteriopsis dont l’écorce sert principalement à la composition de cette boisson.

Composition

Dans un contexte traditionnel, l’ayahuasca est une décoction préparée à partir de l’écorce et des tiges d’une liane du genre Banisteriopsis et d’un additif nécessaire pour l’effet psychotrope. La composition du breuvage varie grandement selon les groupes ethniques. Deux espèces de Banisteriopsis sont particulièrement importantes: Banisteriopsis caapi et Banisteriopsis inebrians. Localement, on utilise parfois aussi Banisteriopsis quitensis, Mascagna glandulifera, Mascagna psilophylla, Tetrapteris methystica et Tetrapteris mucronata. Toutes ces plantes sont de grosses lianes de la forêt appartenant à la même famille. Banisteriopsis caapi et Banisteriopsis inebrians sont souvent cultivées.

Les additifs les plus courants sont des Rubiacées du genre Psychotria, particulièrement Psychotria viridis. D’autres espèces semblent également être employées, spécialement Psychotria leiocarpa ou Psychotria carthaginensis. Dans le nord-ouest de l’Amazonie, particulièrement dans le Putumayo colombien et en Équateur, les feuilles de Diplopterys cabrerana, une liane de la même famille que Banisteriopsis, sont ajoutées au breuvage à la place des feuilles de Psychotria. Mais ces plantes possèdent le même alcaloïde et l’effet au niveau pharmacologique est le même.

Utilisation traditionnelle en Amazonie

L’Ayahuasca a été découvert par les chamanes dans la jungle amazonienne il y a des milliers d’années. Ce remède est aussi appelé “yagé” en Colombie. Il s’agit d’un breuvage élaboré en combinant deux plantes qui, dans l’eau bouillante, se transforment en un “thé” ou un sirop à la consistance de miel. Les propriétés visionnaires et curatives de ce remède ont donné à la plante le titre de “maîtresse” car elle enseigne, démontre et clarifie; et le titre de “pouvoir” car elle nettoie, soigne et libère.

Pendant des siècles, les indigènes l’ont utilisée pour conserver un état de pleine santé et en prévention des maladies. Ils en prennent toutes les semaines ou tous les 14 jours pour maintenir leur état de bien-être physique. Ce remède est également utilisé pour élargir la conscience qui conduit à une connaissance très précise de la vie, la nature et l’existence, et aide aussi à prendre les décisions du quotidien.

La pureté et la qualité de l’Ayahuasca sont fondamentales pour le processus de guérison.

Cure

Lors d’une cure physique et émotionnelle, l’esprit est autorisé à comprendre des processus que nous sommes incapables de saisir en raison des toxines accumulées dans notre corps (dans la majorité des cas, cela produit des vomissements et diarrhées). De plus, le remède a un effet antidépresseur et anti-addictif, c’est une bombe de santé à tous les niveaux qui reconnecte avec la spiritualité sans religion ou croyances.

Lorsque l’on effectue un nettoyage au niveau physique et émotionnel, elle efface l’esprit donnant la clarté de comprendre de nombreux problèmes que l’on ne comprend pas toujours à cause des toxines dont on est rempli. Elle à également un effet antidépresseur et anti-addictif. C’est une bombe de santé à tous les niveaux et elle permet une connexion directe avec la spiritualité sans recourir aux biais des religions ou des croyances.

L’Ayahuasca peut être prise par des personnes souffrant de maladies physiques ou psychologiques, car elle soutient la santé du corps indépendamment de la maladie qui s’exprime en symptômes. Mais la plupart des gens qui la prennent dans le monde ne le font pas pour guérir une maladie physique ou mentale, mais pour trouver un sens à leur vie, des conseils pour leur voyage, des réponses existentielles et créatives pour leur travail quotidien. Elle est également appelée “concoction psycho-thérapeutique”.

L’Ayahuasca est utilisée pour de multiples applications, c’est un remède à usage multiple puisque dans bien des cas, elle permet de résoudre ce que les autres médicaments ou techniques ne peuvent pas résoudre, et dans d’autres cas, elle renforce les défenses et le corps pour résister aux effets secondaires des médicaments allopathiques. Elle fonctionne à un niveau corporel, émotionnel, psychologique et spirituel. Elle intègre et potentialise également d’autres thérapies, techniques ou approches qui sont pratiquées. Elle n’est pas incompatible avec toute autre technique que la personne utilise ou pratique.

Dans certains Pays, la consommation d’Ayahuasca a été interdite parce que les gouvernements estiment qu’il s’agit d’une drogue. Dans d’autres Pays, elle a été légalisée après avoir fait l’objet d’études scientifiques sur la population qui en consomme pour en vérifier les avantages. Dans la plupart des Pays comme l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Suisse, elle n’est ni interdite ni légale. Elle se situe dans une faille juridique. En Espagne, des études scientifiques ont montré que cela ne nuit pas à la santé. Aux États-Unis, des tentatives ont été faites de la part de compagnies pharmaceutiques pour la breveter afin de l’exploiter commercialement, mais la communauté indigène a permis d’éviter cela en montrant que ces plantes sont le patrimoine de la nature, qu’elles appartiennent aux chamanes qui les ont découvertes et utilisées, et à l’humanité tout entière.

Cette décoction liquide, semblable à une infusion amère et épaisse, selon la formule originale et millénaire, n’a pas de produits chimiques ajoutés. Elle vient de la jungle amazonienne où elle est cultivée et cuisinée. Elle est classée comme enthéogène, pas comme drogue ou substance hallucinogène. Les enthéogènes sont des substances qui fournissent des visions internes avec des significations profondes sur la vie, l’existence et l’origine des choses. Elles ne produisent pas d’effets secondaires nocifs tels que les médicaments et ne créent pas de dépendance. Elles ne présentent aucun danger pour la santé, mais ont un grand pouvoir de guérison sur la maladie.

Selon la tradition indigène, pour prendre ce médicament il est nécessaire de créer un rituel selon le processus vécu par les participants. Ce rituel, ou  cérémonie, est une situation créée et maintenue qui inspire le respect, la reconnaissance et la gratitude à Mère Nature et à l’esprit qui possède la plante. Mais elle peut aussi être prise dans des contextes religieux ou thérapeutiques où il n’y a pas de rituels mais un soin à des détails à prendre en compte. En tout cas, cela se fait dans un environnement soigné, calme et avec certaines commodités pour gérer un processus qui dure plusieurs heures. La musique et un animateur ou chamane qui accompagne le processus sont le meilleur support pour cette expérience.

Il n’est pas conseillé de prendre de l’Ayahuasca sans être guidé et accompagné par les conseils de quelqu’un qui a de l’expérience.

(Sources: Wikipedia et Alberto José Varela)